AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lumos maxima ... Mael I. Leister☼ Petit nouveau

MessageSujet: mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)   Ven 18 Mar - 21:42


mael isaac leister

« I became insane, with long intervals of horrible sanity. »

✱ ✱ ✱
Bonjour jeune moldu, moi c'est Mael Isaac Leister, je suis âgé de seize ans et je suis né le vingt-sept juin mille neuf cents soixante. Ma baguette est en bois de prunellier et contient un ventricule de cœur de dragon. Mon patronus est un corbeau. Ici je suis les cours de soin aux créatures magiques & étude des runes, en sixième année, et franchement mon niveau est satisfaisant. Plus tard, j'aimerais étudier et m'occuper des créatures magiques, tels que les dragons. On dit souvent que je suis franc, brave, impartial, arrogant mais j'ai aussi beaucoup de défauts, en effet je suis buté, colérique, impulsif, acharné. C'est d'ailleurs pour cela que le choixpeau m'a envoyé à (pour le coup, je sais pas trop... gryffondor ou poufsouffle, à votre avis ?).






« Nous gravions nos initiales sur les pupitres boisés et enterrions nos secrets dans l'ombre de l'imminent peuplier du parc de Wicklow. »


On a toujours été six dans cette ville de l'est de l'Irlande. L'enfance nous a tous rapprochés et rien n'a pu nous séparer vraiment. Le temps nous a liés comme des meilleurs amis, et peu importe ce qu'il pouvait se passer ou advenir de nous, nous savions que nous resterions toujours là l'un pour l'autre, à l'image des trois mousquetaires d'Alexandre Dumas. En y réfléchissant, ma vie se résumait à ces cinq autres personnes. Nous étions comme des frères et des sœurs, écoliers à la même école, résidant dans le même quartier, ayant les mêmes aventures et habitudes. On a grandit ensemble, on a découvert la vie main dans la main, on a surmonté les épreuves sans jamais déchirer ce sextuor considéré comme sacré et inné.

Mes parents sont tous les deux sorciers, et bien que mon père n'est pas un sang-pur, il entretient une certaine aversion pour les moldus, ces personnes sans pouvoirs magiques. Il n'aurait jamais imaginé marier quelqu'un qui n'ait pas démontré une quelconque appartenance au monde de la magie, comme ma mère l'avait fait. D'ailleurs, ces deux-là se sont rencontrés à Poudlard, aussi commun pouvons nous le faire. Ils travaillent tous les deux au Ministère de la Magie, ce qui fait de nous une famille aux revenus plutôt aisés. Pourtant, vous savez ce que l'on dit, l'argent ne fait pas le bonheur -bien qu'il y contribue-. Je n'ai jamais été proche de mes parents, à mes yeux, ma famille se limitait à mes cinq meilleurs amis, et, par extension, ma petite sœur. Elyanna est ma cadette d'un an seulement. Elle est le totale opposé de ma personne : calme, posée, délicate telle une fleur. J'aurais pu, comme n'importe quel grand-frère, vouer ma vie à la protéger, et dès que j'en ai eu l'occasion, je l'ai fait. Pourtant, le fait que je ne me suis jamais impliqué au foyer familial n'a pas tissé des liens avec ma sœur comme n'importe quel fratrie se doit de créer. Elle n'était que le même sang que moi, et parfois, une bonne amie.

Ma famille ne m'a jamais posé de problèmes, sans doute parce que je n'ai jamais eu affaire avec elle. Je n'étais pas le fils que l'on voit vraiment, je passais ma vie dehors ou dans la maison de mes amis. J'étais soudés à eux, et la demeure de mes propres géniteurs ne m'enchantait pas plus que cela. J'y entrais pour dormir et manger, le reste de la journée, j'étais absent. Ma mère a une fois déclaré qu'elle ne voyait pas son fils grandir, et bien que sur le coup, cela m'a abasourdi, il faut dire qu'elle a totalement raison. Wicklow n'est pas Bagdad, il n'y a aucun soucis à laisser ses enfants jouer dehors toute la journée, il n'y a aucune inquiétude à voir son fils de sept ans jouer dans la même rue du matin jusqu'au soir, du moment de le voir rentrer pour le dîner du soir. C'est un endroit sain et sauf, et lorsqu'on sait qu'il y a six couples de parents à veiller sur vos enfants, vous êtes forcément rassurés. Vous êtes en aucun cas de mauvais parents, vous êtes juste assez ouverts et cool pour laisser votre progéniture vivre son enfance librement.

Mon appartenance au monde magique se dévoila lors de mes sept ans, ce qui enthousiasma mon père à un point tel qu'il n'avait jamais pu être aussi fier de moi. Cependant, mes pouvoirs se turent jusqu'à l'année de mes onze ans. Il faut dire que pour les montrer, il faut les provoquer. Et pour cela, il n'y a rien de mieux qu'un bon accès de rage ou de panique. Mon enfance était trop calme pour connaître l'un ou l'autre à plusieurs reprises. Mais l'essentiel était là : j'étais un sorcier. Ma sœur suivit quelques années plus tard, évitant tout drame et désarroi familiaux.

Puis, l'année de mes dix ans à mes onze ans s'avéra plus désastreuse que jamais. La situation chez moi était telle qu'elle m'emprisonnait dans les murs de la demeure familiale tout en m'exposant à des faits qui me révulsaient d'une manière automatique. Je voyais mes cinq autres miens à l'école, bien entendu, et je continuais de jouer avec eux à l'extérieur de la maison. Mais la tension chez moi était devenue telle que le cœur n'était pas à jouer. Mon père se transformait en une sorte de monstre stressé et avare de la vie. Il rêvait de pouvoir, encore et toujours, et ma mère, soumise, nourrissait ses désirs par son silence. Sa psycho-rigidité croissait à mesure des jours, si bien qu'il se dessinait progressivement comme quelqu'un de mauvais, de violent, d'obsédé. S'il voyait les choses d'une façon, il était en aucun cas permit qu'elles se déroulent d'une autre manière. Il fallait que nous soyons comme il le voyait, et nullement autrement. Les conflits commencèrent avec mon père lorsqu'il décida qu'il était ignoble que je traîne avec un membre du sextuor, plus précisément Lena, née de parents moldus, désir auquel jamais je ne répondis. Ma sœur, néanmoins, exerçait avec précision et pieusement les requête de mon père. Elle était un modèle pour lui, une soumise à mes yeux.

Révolté, j'avais beau avoir reçu la lettre de l'école de sorcellerie Poudlard qui m'annonçait que j'étais d'ores et déjà inscrit au collège que je ne pouvais plus rester un autre été chez moi. Les paroles de mon père se heurtaient à mes pensées de la vie. Sa discrimination, sa haine envers des gens qu'il ne connaissait même pas, son désir ardent d'être le meilleur partout, d'être supérieur. Je l'abhorrais, et je méprisais ma mère pour son attitude si silencieuse et désintéressée. J'avais honte, et commençais à m'opposer à mon père, le provoquant en faisant l'inverse complet de ce qu'il m'ordonnait. Nécessairement, ça tournait mal. Nécessairement, j'en était de plus en plus fier, têtu et buté que je suis.

Puis vint le temps où la situation était si catastrophique que je commis ma première fugue. Elle ne dura pas plus de deux jours, les remords d'avoir abandonné ma sœur à un monstre manipulateur me faisant rentrer au bercail, en plus des personnes me recherchant. Néanmoins, cette fugue, ce s.o.s ou peu importe comment vous voulez l'appeler, ne fut que le premier d'une longue série. Les autres suivirent lors des étés entre mes entrées de Poudlard. Le pire de l'histoire était probablement le fait que j'étais imprévisible, que j'explosais d'un coup et partais dans tous les sens. Que jamais rien ni personne n'était parvenu encore à me cerner et prévoir ne serait-ce qu'une seule de mes actions. Que j'étais tel une bombe atomique, que moi-même je parvenais que très difficilement à adoucir. Le soucis résidait probablement dans le fait qu'on comprenait toujours sans réelles difficultés la cause de mes fugues et disputes, cependant, les effets étaient toujours méconnus, indéchiffrables, indéfinissables.



« Tu es la complice qui m'aide à m'emparer du monde. »

A l'image de beaucoup d'autres écoliers avant moi, Poudlard s'est rapidement définit comme une deuxième maison à mes yeux. Le château avait un certain effet d'apaisement sur moi, un endroit où je pouvais m'épanouir totalement. En aucun cas je n'ai souhaité quitter le collège de sorcellerie une seule fois. C'était mon havre de paix, bien que les altercations entre d'autres élèves n'étaient pas non plus proscrites durant ma scolarité. De plus, le garçon que j'étais entre ses murs étaient totalement différent de celui de Wicklow. Il était respectueux, avait des résultats scolaires satisfaisants, et bien que son caractère colérique lui attirait parfois des problèmes, il n'en demeurait pas un élément relativement bon.

« Cavalier en E6 »

Lentement, j'observais le cavalier de Skye glisser sur le plateau et réduire en miettes un de mes pions. Je souriais doucement, bien que le cœur n'y était pas. Elle attendit quelques instants que je donne une instruction à un de mes pions, et alors que son impatience refaisait surface, elle interrogea doucement :

« T'es sûr que tu veux rester ici pour Noël ? J'ai entendu dire que tes sœurs rentraient, elles. »

Je restais de marbre, fixant le plateau comme si j'essayais de trouver une combinaison gagnante, bien que mes pensées étaient davantage orientées vers le fait que les autres allaient partir chez eux pour Noël et qu'il était hors de question que pour ma part, je retourne dans ma famille pour ces fêtes. J'aurais aimé, secrètement, qu'on passe un Noël entre nous, mais leur famille manquait au reste du groupe ainsi, passer les prochaines vacances chez eux était assuré et catégorique. Je serais donc seul. Finalement, je levais mes yeux bleus vers Skye, tentant de prononcer le moindre mot bien que je me dégonflais au fur et à mesure des secondes de silence. A quoi bon, finalement ? Et puis, ce qu'il y avait de bien avec Skye, c'est que je savais pertinemment qu'elle me comprenait. On était liés d'une manière assez étrange, une complicité innommable nous retenait l'un à l'autre. Ainsi, bien qu'elle posait cette question, elle connaissait aussi bien la réponse que mes préoccupations du moment.

« Ok, je vais envoyer une lettre à mes parents pour leur dire que je reste ici avec toi. Quant à Lena... »

Elle lança un regard en biais vers notre meilleure amie commune, et bien que je savais que jamais Skye ne me trahirait en avouant à Lena clairement ce que je ressentais pour elle, je n'appréciais guère le fait qu'elle la fixe, un peu comme si elle était capable de lui dire par télépathie tout ce que je voulais qu'elle garde secret.

« T'as qu'à la rendre jalouse avec une autre fille. »

Je fronçais les sourcils tandis que Skye éclatait de rire, commentant mon expression d'inestimable. Je souriais à mon tour, envoyant ma pièce la mettre en échec.




« When i'm with you i'll make every second count cause i miss you. »

« Mael est encore parti de la maison » annonça Robin de but en blanc, comme s'il s'agissait de quelque chose de particulièrement anodin.

Certes, ça aurait pu l'être. Avec la quantité de fugues que j'ai réalisé, une de plus ne pesait pas vraiment plus lourd dans la balance. Il est vrai qu'au bout d'un moment, peut-être que le reste de ma famille s'y habituerait. Cependant, d'une certaine manière, je me doutais que le reste du groupe ne devait pas prendre la nouvelle comme quelque chose de très désintéressant, mais plutôt comme inquiétant. L'on m'avait déjà invité à rester chez eux pendant les vacances pour éviter ce genre de situation, ce dont je m'étais toujours refusé de faire, par soucis d'Elyanna. Une partie de moi pensait qu'elle était plus forte qu'elle ne le montrait, et tout en me rassurant, cela m'effrayait. Pourtant, mon père dépassait toujours des limites qui provoquaient mon implosion puis ma fuite. Rare était les fois où je sortais indemne de mes fugues, et je m'étais vite transformé en garçon à problèmes par la force de ces réitérations. Cependant, je ne pouvais m'en empêcher. C'était ça, ou une tournure des événement désastreuse pour les autres Leister.

Un des trucs de notre groupe - et dans n'importe quel groupe d'amitiés - est qu'on apprécie forcément différemment chaque membre. Il y a toujours un petit quelque chose chez un individu qu'il n'y a pas chez l'autre qui possède un autre petit quelque chose. Le « petit quelque chose » qui m'attirait le plus était sans aucun doute celui de Lena. Je luttais perpétuellement contre mon père pour qu'il accepte sa condition de née-moldue, mais buté, celui-ci campait sur ses positions et son dégoût pour l'adolescente. Je m'évertuais à tenter de changer mon père, à changer sa vision des choses, et le fait que les autres membres de ma famille ne s'érigent pas contre lui me révoltait à un point tel que j'en devenais dingue. Probablement est-ce pour cela que je ne suis pas le genre de jeune homme très posé, ou du moins, qui parvient à se contrôler. J'explose facilement, j'ai aucun self-contrôle. Ce qui peut expliquer aisément mes fugues.

Lorsque les temps s'avérèrent durs, c'est donc vers Lena que je me tournais. Sans pour autant rentrer chez moi et demeurer caché aux yeux du plus de terriens possibles, je m'étais introduit dans la chambre de la jeune femme au beau milieu de la nuit. Ce qui n'était pas sans réveiller en sursaut l'adolescente. J'aurais pu aller chez n'importe qui d'autre, chez n'importe quel membre du groupe. Pourtant, bien qu'elle fut la plus difficile à atteindre, c'était chez elle que je m'étais arrêté, instantanément. Mais pour le coup, peut-être que j'aurais mieux fait d'aller chez quelqu'un d'autre, vu la colère qu'elle piquait...

« Isaac ! Comment oses-tu ?! Mais t'es fou ! Tu rentres comme ça chez moi à l'improviste au beau milieu de la nuit ! Comme n'importe qui pourrait le faire, d'ailleurs ! »
« J'compte pas te violer » dis-je, abasourdi.
« QUI SAIT ! Et puis si j'étais toute nue, hein ?! »

Spontanément, je ne pus empêcher mes yeux d'observer la jeune femme de la tête aux pieds, ce qui me valut un coup de poing contre une épaule qui m'était déjà douloureuse. Je grimaçais, silencieux, regrettant plus ou moins de m'être invité dans sa chambre de cette manière. Cependant, je savais que je ne m'en excuserais jamais, pour des raisons qui m'étaient encore méconnues. Rapidement, je la sentis me repousser vers la fenêtre.

« Pars, maintenant. Je veux pas de toi ici. »

Je pense que la tête que je fis à ce moment là devait être historique. Un doux mélange entre l'étonnement, la colère et la tristesse. Dans tous les cas, elle ne dût pas posséder ce spectacle bien longtemps, l'éclairage étant minime et le fait qu'il fallait que je me retourne pour me glisser de nouveau à travers la fenêtre pour rejoindre la nuit que je fuyais. Cependant, à peine étais-je sur le toit, prêt à redescendre l'étage, que j'entendais :

« Mais non ! Tu peux rentrer ! »

C'est ainsi que Lena se destina comme une « complice » de ma fugue, si l'on peut le nommer de cette manière. Elle me cacha pendant quelques jours, ce qui était digne des meilleurs films comiques, sachant qu'à l'heure actuelle je dois connaître son placard comme le fond de ma poche. Puis, lorsque la voie était libre, on restait dans sa chambre, s'isolant un peu du reste du groupe qui n'était pas encore au courant de la situation. Elle pansait mes plaies tout en tentant de me tirer les vers du nez quant à mes dernières péripéties tandis que j'essayais de survivre à son côté lunatique. Au final, on arrivait plutôt bien à s'entendre, même très bien. J'aurais sans doute apprécié rester chez elle encore et encore, même si ce n'était pas la meilleure des solutions et que c'était probablement dangereux vis-à-vis de mes parents et sa grand-mère.

« Je sais ce qu'on va faire ce soir ! » annonça Lena avec un sourire malicieux. Je demeurais silencieux, assis sur son lit, l'observant tendre le bras pour tirer une boîte sous celui-ci. « Scrabble ! »

Je soupirais, un léger rire se mêlant à mon exaspération, tandis que je l'observais défaire le jeu et poser le plateau entre nous deux. J'ai toujours été le plus nul au Scrabble, tandis que Lena est une vraie bolée à ce jeu. En conclusion, il ne fallait pas être diplômé d'Harvard pour deviner qui allait gagner... J'observais les lettres devant moi, tentant de faire des combinaisons impossibles dans mon cerveau obstrué par des milliers d'autres choses. Finalement, je posais sur le plateau trois lettres.

« Mais ça veut rien dire, ça, « Ily » ! Arrête de tricher ! »
« Si, ça veut dire quelque chose. » Devant l'air déterminé de Lena qui se préparait à se lever pour aller chercher son dictionnaire, je rétorquais « Mais tu le trouveras pas dans ton dictionnaire. »
« Alors ça ne vaut rien. »

Elle repoussa les trois petites lettres que je reposais sur ma tablette, cherchant un mot, cette fois, et non l'abréviation du célèbre « I love you ».




Spoiler:
 



Dernière édition par Mael I. Leister le Sam 19 Mar - 18:25, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Callie A. Stonefield☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)   Ven 18 Mar - 21:48

Bienvenue, j'adore ton prénom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Mael I. Leister☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)   Ven 18 Mar - 21:50

Merci Callie !
J'adore ton avatar pour ma part *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Callie A. Stonefield☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)   Ven 18 Mar - 21:52

Merci beaucoup :) Bonne chance pour ta fiche au fait et réserve moi un lien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Pumkine S. O'Bryan☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)   Ven 18 Mar - 22:28

    Bienvenue parmi nous Mael Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildthing-girl.tumblr.com/
Lumos maxima ... Rainbow W-S. Hopkins
    NIRVANNASweetly Poisonous


MessageSujet: Re: mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)   Ven 18 Mar - 22:30

Bienvenue ♥
Bon courage pour ta fiche ! (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Mael I. Leister☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)   Ven 18 Mar - 22:35

Callie : merci encore et pas de problème !
Pumkine&Rainbow : Merci à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Bellatrix L. BlackNOUS FAISONS LE MAL
MAIS NOUS LE FAISONS BIEN


MessageSujet: Re: mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)   Dim 20 Mar - 1:18

    J'aime beaucoup ta fiche je te valide, n'oublie pas de recenser ton avatar
    & je dirais gryffondor pour la maison ;)

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Mael I. Leister☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)   Dim 20 Mar - 1:38

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)   Aujourd'hui à 12:12

Revenir en haut Aller en bas
 

mael • stars burn out like dreams all around (fiche terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» ignatius ϟ stars burn out like dreams all around
» Mes poèmes (By Dreams-of-poetry)
» Dallas' Stars
» Red Stars [Tara]
» Dalas Stars signature
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Double Trouble :: 
Tu es un sorcier !
 :: Les registres :: Tes bagages t'attendent dans ton dortoir !
-
Sauter vers: