AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LC ; la différence fait l'originalité. (terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lumos maxima ... Lena Crowley
LUNAla version originale


MessageSujet: LC ; la différence fait l'originalité. (terminée)   Ven 18 Mar - 22:51


lena crowley

« Je vois l'océan dans ses prunelles. Je m'y noies, à mainte fois. »

✱ ✱ ✱
Bonjour jeune moldu, moi c'est Lena Crowley, je suis âgée de seize ans et je suis née le deux janvier mille neuf cent soixante. Ma baguette est en bois de houx et contient une plume de phénix. Mon patronus est une souris blanche. Ici je suis les cours de défenses contre les forces du mal, potions et histoire de la magie, en sixième année, et franchement mon niveau est excellent. Plus tard, j'aimerais être aurore ou professeur de potions. On dit souvent que je suis curieuse, amusante, intelligente et futée mais j'ai aussi beaucoup de défauts, en effet je suis lunatique, têtue, un peu garçon manqué et impulsive. C'est d'ailleurs pour cela que le choixpeau m'a envoyé à Gryffondor.







L’Irlande. Une belle ile. Mon île. L’île de mon enfance, de mon adolescence. L’île de ma vie, en d’autre sens. L’Irlande avec ses petits bateaux qui remontent vers l’horizon, cet espace vertigineux qui reste toujours bleu quelque soit l’époque, la date et la météo. L’Irlande avec ses petits restaurants qui dégagent toujours une sale odeur de moules. L’Irlande avec ses beaux couchers de soleil qu’on peut toujours voir, vers dix neuf heures le soir, en haut d’une colline, celle-ci se trempant les pieds dans la mer. L’Irlande, et sa pluie suffocante. L’Irlande et son soleil rafraichissant. L’Irlande et ses crêpes sentant le bon rhum ou le Grand Marnier. L’Irlande et sa houle maritime. L’Irlande et ses braves petits pêcheurs. L’Irlande et ses habitants. C’est ici que j’ai toujours habité. C’est ici, et plus précisément à Wicklow. Un petit patelin, situé à l’Est de l’Irlande, proche de Dublin – grosse métropole et capitale qui crouille de fourmis, les irlandais, telle une fourmilière géante. J’aime Wicklow et sa petite brise matinale qui te frappe le visage lorsque tu sors de chez toi, sur la terrasse de ta maison. Elle te réveille. Elle te saoule déjà. Alors là, tes poumons se gorgent de cet air maritime. La journée commence bien. T’attends, tranquillement. Le soleil vient à peine de se lever. C’est normal. C’est l’aube. Tout le monde dort encore à cette heure-ci. Les irlandais, les irlandaises. Les rues de Wicklow sont encore silencieuses et dépourvues de hurlements, de rires ou d’un brouhaha quotidien. Les boutiques sont fermées. La poussière des anciens meubles chez l’apothicaire du coin est encore là. Seule la boulangère est sans doute levée. Elle doit commencer à faire ses croissances et ses pains au chocolat, pour tous les irlandais de Wicklow.

C’est ici, que je vis depuis ma naissance. Le deux janvier mille neuf cent soixante, vers deux heures du matin. Dans une petite maison, en plein milieu d’un quartier. La maison de grand mère. Dedans, ca sentait la lavande. La cire pour vernir correctement ses anciens meubles irlandais. En fait, ca sentait toujours bon chez Grand mère. A chaque fois que je rentrais dans la cuisine, ca sentait toujours une odeur différente. L’odeur des cookies, l’odeur des crêpes, l’odeur de la crème fraiche... Quelques fois, l’odeur de la javel envahissait la petite maison de Grand mère. C’était quand j’avais la gastro. Le quartier était calme, les maisons se ressemblaient toutes. Elles présentaient chacune un petit jardin verdoyant, avec une pelouse impeccablement tondue. Ce quartier de Wicklow connaissait chaque matin, cette petite brise maritime, que j’apprécie tant lorsque je me lève. A l’aube. Lorsque personne est encore réveillé. Cette petite brise qui te frappe ton visage, déposant sur ta peau satinée, cette odeur que possède la mer, ce liquide bleuté et salé. Grande étendue d'eau qui me fascinera toujours.



    « Pour notre chère petite fille, Lena,

    Le jour où tu liras cette lettre, nous serons certainement plus de ce monde qu’est le tien désormais. Le jour où cette lettre se trouvera entre tes mains, tu seras âgée de onze ans. Tu seras déjà une très belle jeune fille, avec les yeux de ta mère. Tu les avais déjà lorsque tu es née. Lorsque tu as pris ta place dans ce monde si moche et tellement injuste. Le jour où tu liras cette lettre, ces quelques mots écrits de la plume de nous deux, tu seras une sorcière. D’ici quelques jours, peut être quelques mois, tu recevras une lettre d’une école de sorcellerie ; Poudlard. Oui Lena, tu es une sorcière. Ta grand mère ne te l’a jamais révélé, car nous lui avons formellement interdit de te le dire avant tes onze ans. Et pourtant, c’est la vérité. Il est vrai que ni ta grand mère, ni nous deux, sommes des sorciers ; c’est ce qu’on appelle des né-moldus et en d’autres termes, tu apprendras que « Sang de bourbe » désigne la même chose.

    Nous t’aimons de tout notre cœur, Lena. Ne l’oublies jamais.

    Maman et Papa. »


« MAMIIIIIIIIIIIIIIE ! ». Je m’en foutais du bordel que je pouvais faire. Je m’en foutais de ma cousine, qui pouvait encore dormir dans la chambre d’à coté. Je voulais juste avoir les réponses aux questions qui venaient d’envahir mon esprit, qui me donnait la migraine tant qu’elles étaient nombreuses à tournoyer à l’intérieur de mon cerveau. « MAMIIIIIIIIIIIIIIIIIE ! ». Toujours aucune réponse. J’étais donc dans l’obligation de me lever, pour la rejoindre dans la cuisine. Ainsi, je ne me fis pas prier une deuxième fois. Pieds nus, et telle une tornade, je dévalais les escaliers qui menèrent très rapidement dans la cuisine. « JOYEUX ANNIVERSAIRE LENA ! ». Et merde, j’avais oublié ce détail suite à cette maudite lettre que j’avais retrouvé sur ma table de nuit, quelques instants précédant mon arrivée dans la cuisine. Je reçus, sans vraiment broncher, deux grosses bises – sur chacune de mes joues – de la part de Grand mère. Elle semblait… Heureuse. Pourquoi ? Pourtant rien n’avait changé dans ses habitudes. Mon bol de lait au chocolat m’attendait, posé sur la table, avec les deux tartines de pain grillées, accompagnées du beurre salée et de la confiture d’orange faite maison. J’arquai mes sourcils, signe d’incompréhension. Etait-elle au courant de cette lettre ? Celle que je tenais dans ma main gauche ? Après observation, on dirait que non. Alors, de but en blanc, je n’attendis pas le dégèle pour le savoir. « Mamie, c’est quoi cette lettre ? ». Un bruit de verre se fit entendre. Grand mère venait de faire tomber un verre, au sol. Merde. Enya. Pas mal comme réveil, je dirais. « Mamie ? ». Je ne voulais en aucun cas lui provoquer une crise cardiaque mais je voulais tout savoir à tout prix. « Assis-toi, ma puce. Assis-toi. ». Quelques tremblements envahissaient de temps en temps le corps de ma grand mère. Elle semblait soucieuse. Prenant place à coté de moi, sur la chaise voisine, elle me regarda avec ce regard à la fois sombre et calme. « Que dit cette lettre ? ». Le fait-elle exprès pour soudoyer mes nerfs déjà à fleur de peau ? « De moi. D’après elle, je serais une sorcière. Mais… Elle vient de mon père et ma mère. ». Un soupir de Grand mère, et quelques mots. « C’est la vérité Lena. Tu es une sorcière. Je ne devais pas te le dire avant ton onzième anniversaire. Je suis désolée. ». Mais pourquoi pas avant ? « Et pourquoi que maintenant ? ». Sévère, elle me répondit instantanément : « Car c’est comme ça. Ce sont tes parents qui me l’ont dit. Point barre. La discussion est close. Bois ton chocolat maintenant. ». Surprise du comportement étrange de ma grand-mère, je n’insistai pas. Pourtant, j’avais tellement de questions, lesquelles n'ayant aucune réponse viable. Où étaient mes parents ? Que leur était-il arrivé ? Qui m’avait apporté cette lettre, à ma table de chevet, avant mon réveil ? Je bus d’une traite mon chocolat chaud, laissant mes tranches de pain grillées et la confiture. Puis, je sortis dans la rue, à la recherche d’Isaac, principalement.


« Expelliarmuuuuus ! ». Pour la inième fois, je disais encore cette fichue formule magique afin de mettre à terre mon adversaire qui n’était qu’autre Isaac, le mec que je kiffais depuis toujours mais que je refusais de montrer mes sentiments à son égard. Pourquoi ? Ca serait en quelque sorte montrer mes faiblesses, et je ne peux pas. Je ne veux pas. Et puis, cela cache aussi une certaine appréhension : peur de le voir disparaître, peur que tout change si je lui avouais tous mes sentiments. Bref, Isaac – en faite son vrai prénom c’est Mael mais moi je m’étais butée à l’appeler par son second prénom… Aller savoir pourquoi – arrivait toujours à esquiver le sortilège, d’une manière très habile. « Bon sang ! Isaaac ! S’il te plait ! Fais au moins semblant ! ». Ok, des fois j’étais un peu une mauvaise joueuse. Je préférais gagner que perdre, il ne fallait jamais en douter. Et Isaac le savait très bien. « Expelliiaaarmuus ! ». Cette fois ci peut être ? Et merde, il se plia de justesse et mon sortilège le frôla de peu. « Raaaaaa, je te déteste Isaac Leister ! ». Profitant de mon coté mauvaise joueuse, je l’entendis formuler un sort à mon égard. Heureusement que je pus l’éviter, de justesse. « Loupééééé ! » lui criais-je, tout en lui tirant la langue. « Je ne vais pas perdre ! Je ne vais PAS perdre ! ». Têtue la fille… Isaac, quant à lui, il riait, largement amusé par mon comportement. « EXPELLIARMUS ! ». Encore une fois, mon meilleur ami évita mon sort, et ne se retrouva pas au sol à mon plus grand dam. « Tu fais chiiier Isaac ! Laisses moi gagner ! ». Il secoua la tête, signe qu’il n’était pas du tout d’accord. « J’ai une fierté Lena ! ». Furieuse – qui n’était pas de la vraie colère – je fonçai sur lui ! « Je vais t’avoir Isaaac ! D’une manière ou d’une autre ! ». Pris au dépourvu, il n’eut pas le temps de se décaler afin de m’éviter. Il reçut juste ma crinière blonde, en plein visage. Puis, son dos rencontra l’herbe de la pelouse du collège. J’éclatai de rire, satisfaite de moi même. « Gagnée ! ». Sourire aux lèvres, un clin d’œil au final. A ce moment là, on ressemblait plutôt à deux gamins de onze ans, et non à deux adolescents de seize ans. « Je ne pense pas. ». Et, d’un geste rapide, il m’emmena dans un farandole de galipettes sur l’herbe… Jusqu’au moment, où je me retrouvai au dessous de lui, vaincue. « Je te déteste Isaac… ». Mais il ignorait tellement de choses, à propos de moi, comme cette phrase qui n’était qu’un message codé voulant dire plutôt l’inverse, soit ce célèbre : « I love you. »




Spoiler:
 



Dernière édition par Lena Crowley le Sam 19 Mar - 18:29, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Lena Crowley
LUNAla version originale


MessageSujet: Re: LC ; la différence fait l'originalité. (terminée)   Ven 18 Mar - 22:52

    les amis, j'ai un souci : j'hésite entre zooey deschanel et emilie de ravin (dans l'hypothèse qu'elle soit encore libre...)
    AIDEZ MOI A CHOISIR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Pumkine S. O'Bryan☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: LC ; la différence fait l'originalité. (terminée)   Ven 18 Mar - 22:59

    Hey bienvenue parmi nous
    Je sais qu'il y a une personne qui s'est déjà inscrite avec Zooey (A. Ambre Sinistra). Elle est en train de faire sa fiche, mais du coup ce serait sans doute mieux si tu prenais Emilie pour qu'il n'y ait pas de concurrence x) Après cela dépend également du personnage que tu veux jouer ^^
    En tout cas, je te souhaite bon courage pour ta fiche ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildthing-girl.tumblr.com/
Lumos maxima ... Lena Crowley
LUNAla version originale


MessageSujet: Re: LC ; la différence fait l'originalité. (terminée)   Ven 18 Mar - 23:00

    Merciii !
    && j'vais prendre Emilie de Ravin. Ca m'est égal pour le personnage. :)
    Merci du renseignement car j'en ai marre de la concurrence mdr .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Pumkine S. O'Bryan☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: LC ; la différence fait l'originalité. (terminée)   Ven 18 Mar - 23:03

    Y'a pas d'quoi ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildthing-girl.tumblr.com/
Lumos maxima ... Callie A. Stonefield☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: LC ; la différence fait l'originalité. (terminée)   Sam 19 Mar - 9:10

Bienvenue ! Je prendre qu'Emilie De Ravin est un excellent choix ! Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Lena Crowley
LUNAla version originale


MessageSujet: Re: LC ; la différence fait l'originalité. (terminée)   Sam 19 Mar - 11:38

    Merci ! Ben, alors c'est vendu ! :)
    Je prends définitivement Emilie de Ravin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: LC ; la différence fait l'originalité. (terminée)   Aujourd'hui à 18:12

Revenir en haut Aller en bas
 

LC ; la différence fait l'originalité. (terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Aurore fait son cirque [terminée]
» Atsugi Yuzu, la petite soeur de Reiko Yuzu fait son apparition ! [Terminée]
» Quand le linge se fait sentir [LIBRE][Terminé]
» Dryade Droerven (personnage pré-fait - terminé)
» Je suis heureux quand il pleut [Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Double Trouble :: 
Tu es un sorcier !
 :: Les registres :: Tes bagages t'attendent dans ton dortoir !
-
Sauter vers: