AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm walking on the line [Callie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Lumos maxima ... Leaf K. Kerovski☼ Petit nouveau

MessageSujet: I'm walking on the line [Callie]   Sam 19 Mar - 18:56

    Les cours venaient enfin de finir. Leaf était sortie la première de la salle et alla dans sa chambre de Serpentard. Elle prit une chemise à carreau et un jean basique, des converses noires et les enfila. Elle prit une barre au chocolat-caramel et la dégusta tout en remontant au hall. La matinée lui avait paru si longue, elle en avait enfin fini. De plus, le temps était tellement plaisant qu'elle ne pouvait s'empêcher de vouloir sortir à tout prix. Tout le monde semblait aussi heureux qu'elle de sortir prendre l'air et profiter du soleil britannique. Les couloirs et l'accès à l'extérieur étaient blindés et elle se fit de nombreuses fois bousculée.
    - Cassez-vous bande de bouffons !
    Elle ronchonna et continua son coup de gueule en marmonnant quelque chose d'inaudible en polonais. Il lui arrivait souvent de parler encore sa langue natale lorsqu'elle s'énervait. Parlait en tout pas moins de cinq langues. Le polonais, le russe à cause de l'Occupation dans son pays, l'allemand qu'elle avait appris à l'école, le français quand elle arriva en France et l'anglais dans le même but. Maintenant, elle parlait parfaitement l'anglais avec quelques lacunes de temps en temps et un accent parfois un peu plus prononcé.
    Quand elle put enfin sortir du chahut, elle se retrouva dans le parc. Le soleil brillait de mille feux, les rayons venaient sur son visage et la caressait. C'était tellement paisible. Elle se trouva un banc et s'y installa confortablement. Elle s'allongea et ferma les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Callie A. Stonefield☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   Sam 19 Mar - 19:15

    J’étais de bonne humeur ce jour là. Il faisait beau mais j’étais coincée en cours. La matinée m’avait semblée longue, très longue et heureusement je n’avais pas cours de l’après midi et j’allais pouvoir profiter de ce soleil inespéré à cette période de l’année, bronze un peu même mais rester tranquille. J’étais quelqu’un de plutôt sociable mais parfois il me fallait des périodes de calme, où on ne venait pas m’embêter et où je me retrouvais seule avec moi-même c’est ce que je voulais à cet instant là. Je sortis de cours vite afin qu’on ne m’interpelle pas pour me proposer un des plans foireux qui occupaient mes après midi d’habitude et me dépêchait de monter au dortoir. Me changer ! J’étouffais dans cette vieille robe lourde et noire et de toute façon je préférais mettre de la couleur c’était un fait établi depuis longtemps.

    Les gens avaient l’habitude de me voir habillée de façon moldue je ne reniais pas mes origines je les assumais complètement et tant pis si cela ne plaisait pas à quelques serpillières bien trop imbus d’eux-mêmes. Avec grande hâte, j’ouvris mon placard fouillais un peu pour finir par tomber sur ma paire de baskets moldues préférées, un sweat de la même célèbre marque et un tee shirt d’un obscur groupe moldu que personne ne connaitrait ici de toute façon. Je détachais rapidement mes cheveux puis me précipitais dehors pour prendre l’air enfin.

    Respirer autre chose que la saturation de co² dans les salles de cours, de l’air frais ! Et voir autre chose que toutes ces têtes familières. Je courais presque dans les escaliers, bousculant les gens au passage et m’excusant à tout bout de champ :

    « Désolée, pardon, désolée… Oh excuse moi, pas fait exprès.. Pardon ! »

    Enfin je franchis la porte et ralentis le pas me mettant à marcher tranquillement et respirant l’air frais à pleins poumons. Si je n’avais pas eu de pouvoirs je pense que j’aurais sûrement intégré une de ces école de moldus spécialisées dans la nature ou un truc du style, rester enfermée tout le temps, très peu pour moi. Dès que j’avais du temps libre et que je pouvais le faire, je sortais prendre l’air un peu. Peu importe le temps.

    Je repérais un banc et marchais pour m’y assoir lorsqu’une fille me dépassa par la droite et alla s’y allonger. Je restai là scandalisée la bouche après puis je la reconnu. Leaf… La saquer ne pas je pouvais… Cette fille avait le don de m’énerver et surtout depuis qu’elle trainait autour de Prince… Enervée rien qu’au fait de repenser à ça je m’avançais et hurlait :

    «  TU TE FOUS DE MOI ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Leaf K. Kerovski☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   Sam 19 Mar - 19:59

    Le soleil m'emplissait d'une douceur paisible, c'était tellement bon de respirer cet air pur et frais, ajoutez-y quelques rayons de soleil pour réveiller votre journée morose. Depuis mes premières années ici, je pouvais profiter de temps pareils, ce qui n'était pas le cas avant, parce que l'Est de l'Europe n'était pas réputé pour son temps gracieux, au contraire, on était plus habitué à la neige et le verglas qu'au grand soleil et à ce vent frais. La première fois que je vis un temps pareil, je fus tellement surprise, c'était comme découvrir l'Amérique. Une chose incroyable et inexplicable tellement c'est merveilleux. Des fois, la Pologne me manquait, car j'adorais parler ma langue natale, alors qu'ici, au Royaume-Uni, personne ne connaissait la langue et peut-être même que certains ne savent même pas où cela se situe ou encore que Varsovie en est la belle capitale. Aussi belle que Londres, seul le temps change. La musique, les films, la nourriture, la vodka pour se réchauffer pendant l'hiver, les vêtements, tout me manquait de la Pologne et je l'avais toujours imaginée sans désordre, sans ennui, ce qui ne fut jamais le cas, de ma naissance jusqu'à mon départ. C'était très regrettable.
    Allongée, tranquillement sur le dos, j'entendis quelqu'un me crier dessus.
    - TU TE FOUS DE MOI ?
    J'entrouvris mon oeil droit et reconnut Callie, une bouffondor par excellence. Elle m'avais toujours hais et encore plus quand Prince et moi nous rapprochâmes, depuis elle me vouait une haine sans borne. Je m'en amusais souvent, ça me faisait rire de la titiller d'autant qu'elle s'énervait souvent d'un rien quand j'en étais le déclencheur. Elle devait se sentir réellement persécutée.
    - Qu'est-ce qu'il se passe ? Serais-je dans le paramètre Bouffondor attention ? Chien dangereux, pouvant attaquer à tout moment. Attends, ne me fais pas de mal, tu me fais si peur ...
    Je me releva et la dévisagea, quelle fille. Elle m'énervait rien qu'à son allure de pauvre petite fille perdue. Une sourire se dessina sur mes lèvres, l'après-midi allait bien finir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Callie A. Stonefield☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   Sam 19 Mar - 20:23

    Cette fille avait vraiment un don, celui de faire sortir les gens de leurs gonds ! Elle me poussait à bout à chaque fois qu’elle me parlait et moi j’aimais pas ça les disputes mais bon quand on me cherche on me trouve. Et elle était toujours dans mon périmètre de toute façon que je voulais être tranquille. En fait, à bien y réfléchir au lieu de lui hurler dessus j’aurais pu faire tellement mieux pendant qu’elle était allongée les yeux fermés. Tellement de crasses moldues à faire… Mais d’un coté lui hurler dessus m’avait permis de me défouler même si je savais qu’elle allait répondre et que moi aussi et ce à l’infini et qu’on en sortirait jamais. Voilà pourquoi je n’aimais pas me disputer les gens ça ne se finissait jamais et ça s’envenimait toujours c’était ultra chiant. Comme prévu elle répondit : «  Qu'est-ce qu'il se passe ? Serais-je dans le paramètre Bouffondor attention ? Chien dangereux, pouvant attaquer à tout moment. Attends, ne me fais pas de mal, tu me fais si peur ... »

    Et voilà, encore une fois elle m’avait mise en rogne moi qui était de si bonne humejur, si calme quelques minutes plus tôt…

    «  Heu tu te prends pour qui là ? Pour la reine des Serpentards ? Pfff. Tu est tellement… Ridicule Leaf, tu te la joue attention je suis supérieure mais en fait pas trop non. T’es juste comme ça parce que t’as tellement peur que les gens ne veuillent plus de toi, qu’on te rejette. Si tu continue à être comme ça c’est ce qui va arriver tu vois. »

    Je la dévisageais, la fixait d’un air méchant. Pendant ma petite tirade j’avais quand même mis ma main dans la poche arrière de mon jean où se trouvait ma baguette, au cas où mais je n’avais pas envie de me battre. Il y avait des chances pour que je batte en retraite, la perspective de me friter réellement avec une Serpentard et d’envenimer le conflit ne me semblait pas plus réjouissante que ça. Normal non ? Je n’étais pas vraiment quelqu’un de pacifiste ou quoi c’est juste que pour moi tenter d’hurler plus fort l’un que l’autre il n’y avait rien d’utile et surtout de nécéssaire là dedans.

    Je la regardais à présent avec un sourire méprisant. J’allais jouer le même jeu qu’elle et prendre cette attitude écrasante qu’elle avait. Je m’assis sur le banc, allumais une cigarette, chose totalement interdite dans Poudlard mais bon. Puis lui dit d’une voix calme :

    «  En fait, t’essaie juste de me prendre ce qui compte le plus pour moi parce que toi dans ta pauvre petite vie t’as rien… Tu débarques de nulle part et t'es toute seule à en crever. Ma pauvre...»

    Oui, je pouvais m’énerver très vite comme me calmer instantanément et une seule bouffée de cigarette avait le don de m’apaiser immédiatement. Un placébo, certes mais un placébo drôlement efficace…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Leaf K. Kerovski☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   Sam 19 Mar - 22:33

    Je sentais que j'allais bien m'amuser. Elle commençait à devenir nerveuse et ça se voyait, j'adorais ça. Elle s'excitait si vite, que s'en venait un jeu hilarant. Elle pensait toujours me rabaisser, comme si tous ça pouvait me toucher, mais j'en avais que faire. Je me sentais pousser des ailes et ne pouvait m'empêcher de répliquer comme toujours pour pousser toujours plus loin.
    - Oh tu sais moi, les gens, je m'en passe plutôt bien. Pas besoin de tout un troupeau à me suivre. Je me suis toujours très bien débrouillée toute seule ... Mais sinon, ça te dérange pas Prince, moi ? Hm, non ? Il faut dire qu'il est plutôt mignon ...
    Je la regardais d'un regard taquin, je savais pertinemment qu'elle allait me répondre d'une voix vive et méchante, comme si on l'attaquait sur quelque chose qu'elle seule pouvait comprendre. Et la provocation, c'était la meilleure chose pour la pousser à bout. Faire passer quelqu'un de l'état de joie, bonheur, paix à l'énervement, la colère, la tristesse. Un peu comme un test pour voir si vous étiez apte ou non. J'adorais faire ce genre de chose avec les gens. Dans le cas contraire, ça marchait rarement.
    - En fait, t’essaie juste de me prendre ce qui compte le plus
    pour moi parce que toi dans ta pauvre petite vie t’as rien… Tu débarques
    de nulle part et t'es toute seule à en crever. Ma pauvre...

    Je ne pus m'empêcher de sourire. Elle ne savait rien de moi, de ce que j'ai pu vivre, voir, entendre ou faire, alors pour moi, c'était insignifiant. Ici, personne de notre âge ne savait ce qui se passait au-delà des frontières, à des milliers de kilomètres. Alors sur ce coup là, je n'étais pas touchée, d'ailleurs, je crois que rien ne me touchait à ce niveau là, tant que tout restait secret, enfouie en elle.
    - Arrêtes, tu vas me faire pleurer ... Si touchant autant d'attention. Dis-moi, qu'est-ce que j'ai bien pu te faire dans une vie antérieure ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Callie A. Stonefield☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   Sam 19 Mar - 23:35

    Je m’étonnais vraiment moi-même des fois. La manière dont je parvenais à être touchée par n’importe quelle attaque, au bord de l’apoplexie de l’implosion même parfois et puis tout d’un coup toute calme. Tout glisse sur moi, les insultes, les ragots plus rien. C’est comme si je me fermais aux critiques à ce que les gens racontent. C’est exactement ce que je venais de faire. A présent Leaf pouvait dire ce qu’elle voulait ou presque je resterais impassible, elle ne m’atteindrait plus. Même si le fait qu’elle se rapproche de Prince me faisait de plus en plus de mal. Un sale pincement qui s’inscrustait et ne voulait plus partir dès que j’y pensais. Assez pénible comme sensation je le reconnais.

    Bref, Leaf répondit à ma calme attaque par quelque chose de plus perfide que j’avais jamais osé le penser d’elle. Cette fille était vraiment pire que ce que je pensais, la vache… « - Oh tu sais moi, les gens, je m'en passe plutôt bien. Pas besoin de tout un troupeau à me suivre. Je me suis toujours très bien débrouillée toute seule ... Mais sinon, ça te dérange pas Prince, moi ? Hm, non ? Il faut dire qu'il est plutôt mignon ... »

    Devant tant de méchanceté gratuite, j’étais restée un moment silencieuse, me demandant intérieurement ce que cette fille avait vécu pour être aussi méchante et perfide… Je finis par répondre, d’une voix rauque et éraillée par les cigarettes que j’enchainais depuis qu’elle avait commencé ses attaques.

    « Tu peux le garder, ce n’est seulement que mon meilleur ami… »

    Mensonge éhonté, et même pas crédible en fait. Cette sale garce devait sûrement savoir que pour moi il était plus que ça, bien plus que ça en réalité. Je ne sais pas comment elle le saurait mais elle savait toujours tout de toute façon. Je tentais de rester crédible et d’ignorer le rouge qui me montait aux joues, je ne savais pas mentir de toute façon et ça m’énervait passablement qu’on puisse lire en moi comme dans un putain de livre grand ouvert aux pages les plus croustillantes.

    Mais j’étais bien loin du compte, la sorcière n’avait pas fini de m’attaquer, non. Elle continuait encore et encore, espérant sûrement que je me trainerais à ses pieds en pleurent pour qu’elle arrête de me blesser comme ça. C’était très mal me connaître puisque de toute façon j’avais tellement trop d’orgueil pour faire ça. M’enfin quand même, elle devait bien savoir que je faisais bien semblant mais que ce qu’elle disait me touchait bien plus que je ne l’aurais voulu « - Arrêtes, tu vas me faire pleurer ... Si touchant autant d'attention. Dis-moi, qu'est-ce que j'ai bien pu te faire dans une vie antérieure ? »

    Hello ? Pourquoi elle parle de vie antérieure d’autant plus que ce mot dans sa bouche avec son accent bizarre avait une sonorité étrange, presque inquiétante. De toute façon, cette garce était inquiétante et effrayante par tant de cynisme et d’amour d’elle-même…

    «  Toi pleurer ? C’est comme si il se mettait à faire 45°C à l’ombre ici… »

    Si je n’avais pas été en si mauvaise compagnie ma blague aurait presque pu me faire sourire…

    «  Vie antérieure ? Tu m’expliques le rapport parce que là je ne le saisit pas bien en fait… Après tout je suis peut être trop idiote pour comprendre tes splendides sous entendus, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Leaf K. Kerovski☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   Dim 20 Mar - 11:46

    Je n'étais jamais restée aussi calme. Parler avec elle, méchamment ou non, était un réel plaisir en fait. Je savais que même si elle ne s'énervait pas au point de me sauter au coup, à l'intérieur d'elle, c'était l'ébullition. J'adorais ça. Typique d'un Serpentard ? Peut-être. Je n'avais jamais compris cette haine entre les maisons, peut-être dû au fait que je n'avais pas grandis dans l'environnement nécessaire. D'ailleurs, je m'entendais aussi avec Gryffondor qu'avec un Serpentard ou un Poufsouffle ou Serdaigle, quoique les deux derniers étaient sûrement les mieux, ils cherchaient moins les ennuis que ces enquiquineurs de première de Gryffondor. Cependant, contrairement aux autres Serpentard, jamais je n'utilisais le mot "Sang-de-Bourbe" contre un enfant moldu. J'en étais incapable, il m'avait fallu en plus du temps avant d'assimiler ce mot.
    Callie semblait cependant se calmer, dommage. Enfin, ça ne m'empêchait pas de rester dans mon état d'esprit, j'étais d'assez bonne humeur et c'était rare, sûrement dû à ce si beau temps. C'était tellement agréable. Mais le fait qu'elle était venue me crier dessus alors que j'étais paisiblement en train de me dorer au soleil m'avait un peu noirci mon après-midi. Pour une fois, je voulais démarrer un après-midi sans embûche, mais c'était évidemment raté. Encore et toujours à cause de cette fille. Quelle fouteuse de merde, inimaginable. Je la regardais me répondre :
    - Tu peux le garder, ce n'est seulement que mon meilleur ami ...
    Cela sonnait tellement faux. Chaque fois que Prince me tournait autours, elle entrait dans un état tel, qu'il ne faudrait même pas rester dans son champs de vision, qu'elle nous connaisse ou non. Elle passait d'un teint pâle et malade à celui de rougir avec un regard noir et agressif.
    - Ça sonne tellement faux venant de ta bouche.
    Elle savait que je n'allais pas la lâcher de si tôt, elle m'avait cherché, elle allait me trouver. Mais quelle idée, j'étais tellement tranquille, personne pour bloquer mon bonheur jusqu'à ce que cette nana frustrée vienne me mettre des bâtons dans les roues, ça m'énervait ce genre de chose. Je ne lui avais rien demandé.
    - Vie antérieure ? Tu m’expliques le rapport parce que là je ne
    le saisit pas bien en fait… Après tout je suis peut être trop idiote
    pour comprendre tes splendides sous entendus, non ?

    - Tu te fous de moi ? A chaque fois que tu me vois quelque part, tu ressens la nécessité de venir m'emmerder, alors peut-être que dans une vie antérieure, je t'ai volé ton homme ou j'ai essayé de te tuer ...
    Elle voulait jouer, on va jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Callie A. Stonefield☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   Dim 20 Mar - 12:26

    Du ping-pong… Voilà ce que Leaf et moi étions en train de faire. Tu me lance une vanne, je te réponds et ça durait depuis un petit bout de temps déjà, égalité parfaite encore et toujours. Mais là, franchement, elle venait de balancer le smash. Le dernier coup qui me mettait K.O, au tapis, me lançais pantois devant ce qu’elle était capable de dire pour faire mal, pour faire souffrir les gens. Pourquoi tant de méchanceté alors que dans le monde moldu de cette époque nous prônions la paix et l’amour partout ? Il fallait croire que ça n’avait pas touché Poudlard ça par contre et surtout pas cette sale garce en réalité.

    Bref, elle m’avait tuée là, en me mettant à jour dans mon mensonge. J’espérais au moins qu’elle n’aurait qu’un regard sarcastique ou quoi que ce soit mais en réalité elle venait de me mettre face à face avec mon mensonge. Depuis quelques temps je me mentais à moi-même et je refusais de voir la vérité, telle qu’elle était. Leaf venait de m’obliger à disséquer ce tas d’émotions maintenant. Pas le choix je me devais de répondre sur la défensive après son attaque déloyale, son coup en dessous de la ceinture « Ça sonne tellement faux venant de ta bouche. » Certes, et moi-même je m’en rendais compte mais je ne pouvais pas me laisser écraser comme ça.

    Je la regardais d’un air de mépris, haussant un sourcil et me forçait à prendre un ton nonchalant et moqueur :

    « Ah ouui ? Et qu’Est-ce que tu en sais dis moi ? »

    Leaf avait le don pour me désarmer. Arriver à me faire perdre toute ma confiance en quelques secondes, en un regard. Le don pour arriver à me mettre en rogne aussi. J’arrivais à résister, à me calmer un peu mais ce n’était jamais assez. Pour la supporter à long terme je pense qu’il m’aurait fallu un cocktail d’antidépresseurs et de calmants comme en prenait ma grand-mère pendant une période quand je lui en faisait voir de toute les couleurs parce qu’elle avait décidé de m’appeler Callie et non Fauve…

    A peine le temps de penser que Leafant reprenait déjà la bataille, elle avait l’intention d’en sortir victorieuse je crois, de m’écraser comme il faut et de bien me faire comprendre qu’à ses yeux je n’étais rien d’autre qu’un petit ver de terre et que ce n’était pas ça qui allait l’empêcher d’avoir Prince… « Tu te fous de moi ? A chaque fois que tu me vois quelque part, tu ressens la nécessité de venir m'emmerder, alors peut-être que dans une vie antérieure, je t'ai volé ton homme ou j'ai essayé de te tuer ... »

    Ce qu’elle pouvait m’énerver à toujours tout ramener à elle, à sa petite personne… Hello ! T’es pas toute seule sur Terre !

    « Me foutre de toi ? Moi ? Arrête je n’ai pas envie de subir le courroux de la grande Leaf. J’en ferais pipi dans ma culotte je crois… »

    Répondre par l’ironie et les blagues nulles je crois que c’était ce qui marchait le mieux avec Leaf. La seule chose sur laquelle il fallait que je me concentre c’était dans ma zen attitude, il me fallait calme. Je ne pouvais pas encore la massacrer même si j’en mourais d’envie…

    «  Je dirais plutôt dès que tu vois que j’ai quelque chose tu t’empresse de la détruire… »

    Je me rallumais une cigarette puis enchainais…

    «  Tu sais, comme les connards de gosses à la maternelle qui prennent un malin plaisir à détruire les jouets des autres… Bah toi t’es de ceux là. Et comme on peut le constater, bah ça s’empire en grandissant. Pov’ fille… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Leaf K. Kerovski☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   Dim 20 Mar - 12:56

    Je ne la lâchais pas du regard, un sourire dans le coin des lèvres. Elle était si drôle, j'adorais me disputer avec elle, c'était tellement jouissif. Chaque fois qu'on se disputait, il y avait toujours cette adrénaline qui remontait dans tous les membres de mon corps, c'était tellement marrant. Une vraie récréation. Elle ne me touchait pas, d'ailleurs, je me demandais toujours, qui pouvait vraiment me toucher ? Depuis que j'avais débarqué ici ou même depuis des années, rien ne m'a jamais touché au plus profond de moi-même, rien qui n'ait jamais touché mon ego. D'ailleurs, il n'était pas si énorme que ça, c'était plutôt une couverture, d'ailleurs, tout ce qui forge mon caractère s'est formé au fil du temps, je crois que quasiment rien est d'origine. A force de temps, c'est devenu aussi un véritable jeu que de provoquer l'autre.
    - Ah oui ? Qu'est-ce que tu en sais dis-moi ?
    Comme si je ne le savais pas ou que je ne m'en rendais pas compte, ça sautait aux yeux qu'elle aimait Prince, mais je m'en balançais, il me plaisait plutôt bien et c'était si rare que quelqu'un me tape à l'œil. Je ne comptais pas m'attacher à lui, non, juste une attirance ... un peu physique, car je ne me suis jamais attachée à personne et je crois que cela n'était pas près de changer.
    - Tu crois que ça ne se voit pas ? Même un aveugle s'en rendrait compte.
    Et je n'avais pas tort, n'importe qui à Poudlard savait pertinemment qu'elle craquait pour lui, c'était si flagrant.

    Elle commençait un peu à m'énerver. Toujours allongée, les jambes croisées et assise de tout mon long sur le banc, je sortis un paquet de cigarette de la poche de mon jean et l'alluma, j'en avais grand besoin. J'en tirais une grande taffe et l'expira, la tête penchée en arrière et les yeux fermés.
    - Je dirais plutôt dès que tu vois que j'ai quelque chose tu t'empresses de a détruire ...
    Elle rigolait là ? Du peu qu'on se connaissait, qu'est-ce que j'en savais de ce qu'elle avait ou non. Je ne la connaissais pas plus que ça et elle, encore moins sur moi.
    - C'est une blague ? J'en ai rien à foutre de ce que tu as ou tu n'as pas ... Qu'est-ce que tu crois ? Pauvre petite fille, tu me donnerais presque envie de pleurer les larmes de mon corps là. Pfiiiou quelle émotion, ça doit être tellement dur de vivre avec son meilleur ami qu'on aime et qu'on ne peut pas avoir. La chose la plus dure à vivre ... Ouvres les yeux ma petite, tu sais vraiment rien de la vie.
    Et je pesais mes mots. Tout lui détruire ? Mais qu'est-ce qu'elle allait chercher ? C'était pas mon problème, juste pour un garçon ...
    - Tu sais, comme les connards de gosses à la maternelle qui prennent un malin plaisir à détruire les jouets des autres… Bah toi t’es de ceux là. Et comme on peut le constater, bah ça s’empire en grandissant. Pov’ fille…
    - Tu sais quoi là ? Je te conseille de t'écarter, je sens que ma patience à des limites, et là ... Elles ont été franchies !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Callie A. Stonefield☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   Dim 20 Mar - 14:18

    En fait je trouvais le situation de plus en plus ridicule. Leaf et moi en train de nous insulter pour quoi au final ? Un garçon. Dont de toute façon elle ne voulait pas vraiment et que de mon coté je n’aurais jamais. C’est vrai que c’était drôle ce jeu à répondre du tac au tac à balancer vanne sur vanne moi tout ça moi ça m’épuisait intellectuellement. Dans ce genre de cas j’aimerais bien hisser le drapeau blanc mais je suis incapable de mettre mon orgueil de coté pour déclarer le stop… M’enfin Leaf avait l’air plutôt contente de la tournure que prenaient les choses.

    Elle continuait en essayant à chaque fois de m’enfoncer d’avantage… «  Tu crois que ça ne se voit pas ? Même un aveugle s'en rendrait compte. » Je la fixais d’un air lassé et presque éteint puis répondit après avoir tiré une latte sur ma cigarette :

    « Si tu le dis, ouai… »

    En gros cause toujours j’en ai plus rien à foutre de toi ma vieille. Ca t’amuse de me provoquer, de chercher à me faire sortir de mes gonds ? Bah moi j’ai plus envie de rentrer dans ton petit jeu malsain et stupide là je veux plus..

    Depusi tout à l’heure, j’enchainais les cigarettes sans discontinuer et arrive bien ce qui devait arriver, la fin du paquet. A moitié paniquée à l’idée de ne plus ne avoir je fis mes poches sans succès et me rendit à l’évidence : je finis de finir ma cartouche qui devait me tenir encore deux bonnes semaines le temps d’aller faire le plein. Bon bah tant pis…

    Finalement, moi qui voulait rester calme, arrêter d’envenimer le conflit, il fallait croire que j’avais loupé mon coup parce que je sentais que Leaf commençait à s’échauffer derrière son apparence si calme, si nonchalante et si méprisante. On sentait que ça bouillonnait là dedans. Et puis elle s’énervait et plus je restais calme… «  C'est une blague ? J'en ai rien à foutre de ce que tu as ou tu n'as pas ... Qu'est-ce que tu crois ? Pauvre petite fille, tu me donnerais presque envie de pleurer les larmes de mon corps là. Pfiiiou quelle émotion, ça doit être tellement dur de vivre avec son meilleur ami qu'on aime et qu'on ne peut pas avoir. La chose la plus dure à vivre ... Ouvres les yeux ma petite, tu sais vraiment rien de la vie. »

    Je ne m’abaissais même pas à répondre… De toute façon j’aurais dit quoi ? Wououh tu as touché mon talon d’achille je suis mourrue yes tu as gagné. Sûrement pas. Je me contentais de lui retourner son sourire méprisant que je déteste tant en attendant sa prochaine attaque. Mon indifférence me servait de gilet pare balle sur ce coup là.

    Le coup ne tarda pas à arriver : « Tu sais quoi là ? Je te conseille de t'écarter, je sens que ma patience à des limites, et là ... Elles ont été franchies ! » Voilà qui était encore plus drôle que ce que j’aurais pu imaginer. Je souriait toujours avec une hypocrisie certaines puis répondit, d’une voix calme même si à l’intérieur je ne l’étais pas tant :

    « Bah vas y. Frappe moi je t’en prie, lance moi un sortilège ! Ca va t’apporter quoi ? Rien. Donc bon… »

    Je fouillais mon blouson pour prendre une cigarette avant de me rendre compte que j’en avais plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Leaf K. Kerovski☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   Dim 20 Mar - 15:08

    Ce n'était pas de la colère que je ressentait, mais une certaine excitation, j'avais envie de la frapper, mais d'un autre côté, c'était trop facile. Alors je lui proférais des menaces, mais d'un autre côté, je m'en balançais, car je crois que je n'allais pas bouger. Je suis trop fainéante pour bouger un pouce. Je continuais donc de fumer et je décidais de me rallonger sur mon banc. Au départ, c'était pour ça qu'elle s'était fâchée et tant pis pour elle, la place est prise maintenant. Je repartis dans mes rêveries sans me soucier d'elle et de ses petits coups de gueule de sale petite fille capricieuse et égoïste. Cigarette à la main, je fumais machinalement en pensant à ce soir à venir. Qu'allais-je faire ? M'octroyer la salle sur demande ou bien une petite balade en forêt ? Il me fallait encore y réfléchir sérieusement, car je n'aimais pas trop les trolls et les rencontrer ne me plaisait pas tant que ça en fait, au contraire ...
    Callie continuait de me parler, mais en réalité, je ne l'écoutais plus, j'étais plongée dans mes pensées et plus rien ne m'importait, j'étais trop bien. Elle n'allait pas m'enlever ma petite part de bonheur. J'espère que le banc ne faisait pas parti des biens que je lui avais pris et détruis à son insu, ce serait trop triste. En tout cas, il était tout chaud et confortable, parfait. La main gauche sous la tête et cigarette à la main droite, je savourais cet instant plein de grâce. Du repos, du repos, ça me faisait tellement de bien face à ces nuits courtes. J'étais souvent sujette à des insomnies pénibles et ça devenait de pire en pire. J'en avais quand j'étais plus petite, mais c'était reparti de plus belle. Les mêmes images, les mêmes souvenirs. Mais pourquoi ? C'était il y a si longtemps, je ne me souviens même plus de l'âge que j'avais quand j'étais encore à Gdansk. Je n'oubliais pas ma langue si précieuse, mais j'oubliais petit à petit mon pays. En tout cas, ça revenait sans cesse perturber mon sommeil et je suis certaine que même des somnifères n'y changeraient rien.
    - Tu comptes rester encore longtemps debout à côté du banc ?
    J'ouvris un œil et la vit debout à côté du banc à fouiller sa veste. Elle ne bougeait plus. C'est pas qu'elle me gênait, mais je sentais sa présence à mes côtés, ça me stressait. Elle était, là, debout à faire je ne sais quoi. Mais bordel que fout-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I'm walking on the line [Callie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm walking on the line [Callie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Feel like I'm walking on a line ♫ 01/01 à 14h
» la fiche de Méline Laura
» Aëline
» Education féline
» Virginie vient raconter ce qu'elle a vu au bar (pv Céline)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Double Trouble :: 
Le Château
 :: Le Parc
-
Sauter vers: