AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 callie&mael ϟ même sans rajeunir, mon âme demeure zen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Lumos maxima ... Mael I. Leister☼ Petit nouveau

MessageSujet: callie&mael ϟ même sans rajeunir, mon âme demeure zen   Sam 19 Mar - 23:11


« Même sans rajeunir, mon âme demeure zen »

L'avantage à être en sixième année est que l'obtention de nos BUSES nous permettent de choisir plus ou moins notre emploi du temps des années suivantes, et de par ce fait, nous pouvons avoir des heures de libre entre les cours. Pendant ces heures, on a plusieurs choix : dormir, travailler les autres cours pour les bolées, traîner, manger, aller dehors... Vaquer à des occupations d'écoliers plus ou moins embêtés pour tuer le temps. Pour ma part, impossible de trouver mes fichus amis, ces cinq autres moi que je connais depuis ma plus tendre enfance. Je sais pertinemment que certains d'entre eux n'ont rien à faire à cette heure de la journée, mais pour X raison, ils sont introuvables.

« Leister ! Pour l'amour de Merlin, vous ne pouvez pas sortir dehors une bonne fois pour toute au lieu de tourner en rond comme un bonnet rouge décapité ?! »

Je me stoppe, ne m'ayant même pas rendu compte qu'en fait, j'effectuais vraiment des allers et venus dans le hall d'entrée. Enfin, j'ai dû y passer quelques fois, de là à me traiter de décapité, c'est assez... Enfin, vu la tête du concierge, je ne dirais rien. Il est déjà assez décapité comme ça lui-même. Dans tous les cas, après avoir dévisagé le membre du personnel quelques instants, je finis par m'engouffrer dans la Grande Salle. Je sais qu'à cette heure-là, il reste des sandwiches que les elfes de maisons préparent en guise d'en cas pour les élèves les plus affamés ou ceux qui n'ont simplement pas eu le temps de venir au repas précédents. En l'occurrence, le petit-déjeuner. J'enroule quelques sandwiches dans un papier et les fourre dans mon sac que je lance sur mon épaule, avant de quitter la Grande salle sous l'œil tenace du Baron sanglant et finit par pousser l'épaisse et lourde porte d'entrée de l'école de sorcellerie Poudlard afin de me rendre en son parc.

Non, septembre n'est pas chaud. Il est horriblement humide, vous avez l'impression de naviguer dans une brume intense et horrible. Pourtant, il est toujours plus agréable que le froid qui vous transit d'octobre à mars. Cependant, aujourd'hui, par un quelconque miracle britannique, le soleil est présent, et il fait – presque – chaud. Il n'y a aucune crainte à se mouiller à s'asseoir dans l'herbe du parc, et finalement, c'est pratiquement agréable d'y passer quelques heures de pause entre deux cours. Je m'assis à l'ombre d'un chêne près du lac dont la surface est étonnement lisse mais que quelques feuilles troublent, et sors livre et sandwiches.

Oui, c'est assez étonnant de me voir avec un livre, lorsqu'on connaît mon côté assez colérique. Enfin, je ne suis pas vraiment colérique, le problème, c'est que je suis imprévisible. Vous voyez, j'ai deux états d'âmes, comme une machine, j'ai le bouton « on » et « off ». La plupart du temps, je suis sur le « off », où je me contente d'être n'importe quel adolescent plutôt calme et amical. Puis, d'un coup, je m'allume, place donc au bouton « on », à ce moment précis, je ressemble à une bombe nucléaire qui éclate et propulse des obus un peu partout... j'ai aucun self-contrôle, et cette partie de moi me colle l'étiquette de « colérique » et parfois un peu cinglé. Je me bats vite, et souvent je ne prends même pas la peine de sortir ma baguette magique, ce qui est assez mal vu ici. Cela n'en fait pas de moi un né-moldu, détrompez-vous. Je suis né de parents sorciers, et mon père, en l'occurrence est révolté et révulsé par les moldus. Pour eux, ils sont des êtres inférieurs, ce que je n'accepte pas. Le fait que ma meilleure amie – et la fille dont je suis secrètement amoureux – est née-moldue accentue peut-être ce désir d'impartialité. Dans tous les cas, une droite reste toujours plus rapidement effectuée qu'un sortilège.

Un triangle de sandwich dans la bouche, j'ouvre mon livre de soins aux créatures magiques. Depuis des années je rêve de trouver un métier qui me permettra d'être constamment avec elles, bien que la plupart soient dangereuses et pourraient m'avaler d'un coup. Pourtant, ces créatures m'attirent, d'une certaine manière. Je ne veux pas être auror, professeur, ou travailler au Ministère de la Magie – comme mon père le prévoit depuis des années -. Ce que je veux, c'est m'occuper de créatures magiques et les étudier. Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde. Après, ne me demandez pas pourquoi j'ai aussi prit l'étude des runes comme option. Probablement parce que je suis de nature curieuse et le fait d'aller fouiner dans d'autres époques m'enchante un peu. Ou que j'espère que ça m'aidera en tentant de retracer l'histoire d'une certaine espèce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Callie A. Stonefield☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: callie&mael ϟ même sans rajeunir, mon âme demeure zen   Dim 20 Mar - 0:14

    It's a beautiful day, the sky falls
    And you feel like it's a beautiful day
    It's a beautiful day
    Don't let it get away


    Pas de cours aujourd’hui…Mon emploi du temps était plutôt bon cette année et le samedi j’étais désormais tout à fait tranquille. J’avais une journée rien qu’à moi et ça me plaisait bien. Je m’étais donc levée assez tard, de bonne humeur et avait enfilé une tenue moldue, en fonction de ce que je comptait faire. Et je comptais bien faire du sport, il ne me restait plus qu’à trouver la personne avec qui le faire en fait. Un petit foot ? Bref, j’avais pris un jean, un tee shirt et juste un gilet après avoir observé le temps qu’il faisait dehors, vraiment beau pour une fois. J’avais enfilé mes baskets, attaché mes cheveux et marchés à grands pas vers l’extérieur.

    Tout ça en saluant quelques personne au passage, distribuant quelques sourires et ne disant à personne qui était susceptible de me déranger où j’allais. Je marchais donc à pas pressés vers le lac et ses grandes étendues d’herbe où j’aurais toute la place qu’il me faudrait pour me défouler un peu…
    Dans ma vie « moldue » j’étais quelqu’un d’assez sportif, je faisais du skate, du surf de la boxe, du foot et même un peu de rugby. J’aimais bien courir, rentrer dans les gens ça me permettait de me défouler et en plus j’avais un esprit de compétition assez marqué alors c’était encore mieux, encore plus drôle… Et puis j’avais découvert le quidditch ça m’avait plu immédiatement. Etre sur un balai c’était un peu comme être sur une planche de surf ça demandait une bonne dose d’équilibre et cet équilibre je l’avais alors je n’avais pas eu de mal quand à l’apprentissage.

    Le sport en lui-même m’avait plu, l’esprit d’équipe enfin tout ça et j’étais rapidement entrée en tant que Poursuiveur et je continuais à évoluer en ce poste ça me plaisait beaucoup. Pourquoi pas viser le poste de capitaine un jour ? Maintenant que j’avançais vers le lac j’hésitait entre un peu de quidditch ou un petit foot ? Le foot me semblait pas mal mais ça ne se jouait pas tout seul. Je marchais donc en direction du lac espérant trouver quelques connaissance assise là qui accepterait de courir un peu avec moi.

    Justement mon souhait fut assez vite exaucé, j’aperçus une silhouette que je connaissais assez bien allongée dans un coin… Avec un livre ! Telle ne fut pas ma surprise. Ce cher Mael qui lisait, je ne pensais pas que cela puisse être son genre. En même temps il était tellement réservé et secret que finalement je ne connaissais pas grand-chose de lui si ce n’Est-ce qu’il voulait bien me dire au fur et à mesure de nos rencontres. Au final il m’intriguait, j’aurais vraiment, vraiment voulu en savoir plus sur lui mais il parlait peu et que pour des trucs que je comprenais une fois sur deux.

    Enfin je savais un truc sur lui, une info extra utile c’est qu’il aimait le sport et particulièrement les sports moldus autant que moi. Nous étions dans l’équipe de quidditch tout les deux et je m’amusais souvent à le taquiner en lui disant que de toute façon, il avait beau essayer je le battrais d’une manière ou d’une autre… On avait parlé une fois, de ce que je me souviens de s’affronter au cours d’une partie de foot amicale. Amicale pour lui mais vraie compétition pour moi comme à chaque fois que je jouais avec un garçon en fait.

    J’avançais doucement vers lui, un sourire de vraie bonne humeur aux lèvres. En plus, pour une fois comme il y avait du soleil l’herbe n’était pas trempée donc j’avais les orteils de doigt de pied totalement au sec…

    « Hey Mael ! Ca va ? Ca te dit un foot ? »

    Je fis rapidement apparaître un beau ballon en cuir, suffisamment solide pour résister à mes assauts de sauvages… Et j’espérais franchement que ce cher Mael allait accepter ma proposition, je ne me voyais pas retourner dans le château trouver quelqu’un qui accepterait de se mesurer à moi la graande Callie Fauve Stonefield ! Bref je délire là mais bref.

    «  Tu lis un livre ? Ca m’étonne un pitit peu de toi quand même… Et sinon je me rappelais qu’une fois on avait parlé de jouer ensemble à un de ces sports moldus alors voilà si ça te tente… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Mael I. Leister☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: callie&mael ϟ même sans rajeunir, mon âme demeure zen   Dim 20 Mar - 2:16

Je tournais négligemment les pages de mon manuel scolaire, me disant qu'au lieu d'attiser ma curiosité sur les prochains chapitres, peut-être serait-il bénéfique que je commence mon devoir qui était à rendre pour le prochain cours. Quoi qu'il en soit, je ne pouvais m'empêcher de lire les faits divers sur les créatures, trouvant toujours cela assez divertissant, aussi étrange cela puisse paraître.

« Hey Mael ! Ça va ? Ça te dit un foot ? »

Je lève les yeux sur cette voix qui m'est familière mais que je ne peux placer un visage dessus avant que mes yeux me l'offre. Impassible, j'observe Callie puis son ballon de « football moldu ». J'ai toujours trouvé dommage que chez les sorciers, le sport se limite pratiquement qu'au Quidditch, tandis que pour les moldus, il existe une infinité de sports. Il suffisait d'allumer un poste de télévision pour avoir droit à de la boxe, du rugby, du football, de la natation... Enfin bref, les moldus avaient mille et unes manières de se défouler. Tandis que pour les sorciers, c'était plutôt « basique ». Dans tous les cas, je savais que, à l'image de mes parents, jouer au football dans le parc de Poudlard n'était pas les choses les plus ordinaires que l'on voit. Il y a des écoliers nés-moldus ici, qui connaissaient le football nécessairement, et des sang-mêlés également. Mais d'une certaine manière, plongés dans la frénésie du monde magique, ils ne ressortent par leur origine et tradition moldues. Ce qui est assez dommage. Un léger sourire se dessinant sur mes lèvres, je ferme mon livre, le pose sur mon sac en vue de rejoindre la jeune Gryffondor tandis que cette dernière reprenait la parole :

«  Tu lis un livre ? Ça m’étonne un pitit peu de toi quand même… Et sinon je me rappelais qu’une fois on avait parlé de jouer ensemble à un de ces sports moldus alors voilà si ça te tente… »


Je baisse les yeux sur mon livre, ne montrant pas d'émotions particulières. J'ai un peu une tête de joueur de poker dans la vraie vie, pourtant, ça ne fait pas de moi un je-m'en-foutiste asocial. Au contraire, je retiens tout ce que l'on me dit, et, parfois malheureusement, je m'attache vite aux personnes que je connais un peu. Je me relève, abandonne mes affaires ainsi que mon manteau que je défais à l'ombre de l'arbre et regarde le ballon rond. Un « souaffle » a priori dirait beaucoup de sorciers. Je prends le ballon de cuir entre les mains, le posant à mes pieds, tandis que j'observe le terrain. On est quasiment seuls, ce qui nous offre une belle liberté d'espace. J'attire de nouveau mon attention sur Callie, rétorquant en guise de réponse affirmative à son invitation :

« T'es prête à te faire battre à plates coutures ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lumos maxima ... Callie A. Stonefield☼ Petit nouveau

MessageSujet: Re: callie&mael ϟ même sans rajeunir, mon âme demeure zen   Dim 20 Mar - 9:17

    Etrange… Je crois que c’était le meilleur mot que j’avais pu trouver jusqu’à présent pour décrire ce cher Mael… Je ne le comprenais pas vraiment en réalité et je ne le connaissais pas vraiment non plus. Pourtant il avait l’air d’avoir une personnalité assez complexe et il m’intriguait. Nous avions parlé ensemble, quelques fois et je n’avais toujours pas réussi à le cerner. En vrai, la seule chose que je savais vraiment, par là je veux dire dont j’étais carrément sûre c’est qu’il aimait autant que moi le sport, moldus et sorciers évidemment. Et que donc c’était une qualité de taille déjà, ouaip une grande qualité. Ah et je savais aussi un autre truc, c’est qu’il ne parle jamais beaucoup. Pourquoi ? Ca j’sais pas et je le saurais peut être un jour mais mon but c’est de le faire parler pour l’instant…

    Bref, je lui demandais donc si il était partant pour une petite partie de foot à la moldu, un des meilleurs sports qu’il soit au monde. De l’univers même… Il me sourit donc et referme son livre mais comme d’habitude il ne montre rien, aucune émotion. Impossible pour moi de savoir ce qu’il pense à ce moment étant donné que son visage est aussi lisse que du marbre, aucune émotion ne transparait dessus. Ca m’agace je dois l’avouer. Moi, à peine je mens que c’est un peu d’artifice sur mon visage, on peut le voir à des kilomètres. Comme m’a déjà dit je ne sais plus qui on peut lire en moi comme dans un livre grand ouvert à la page la plus croustillante…

    Finalement, ce cher Mael se lève attrape mon ballon et l’examine sous tout les angles. C’est que c’est assez bizarre un ballon, ça peut ressembler à un souffle en fait mais il n’en est rien. Le ballon est juste… Normal. Pas ensorcelé. Parfois c’est un avantage mais bon. Nous sommes seuls sur le terrain il n’y a personne d’autre et c’est un avantage non négligeable parce que deux sorciers en train de jouer au foot à Poudlard, c’est assez étrange quand même et je n’avais pas envie de me faire dévisager par une tonne de Serpentards en manque d’amour et de méchanceté gratuite…

    « T'es prête à te faire battre à plates coutures ? »

    Je sors brusquement de mes diverses pensées et souris, ce n’était pas tout à fait le genre de trucs à me dire je devenais encore plus déchainée car un esprit un esprit de compétition très développé surtout quand j’étais en face d’un mec. Généralement je m’appliquais à leur mettre une raclée juste pour leur montrer qu’on peut être une fille, avoir un comportement féminin mais être meilleure qu’eux en sport… Ce qui généralement ne plait pas trop à ces messieurs qui prennent ça comme un affront personnel. Quand ils jouent contre moi ils finissent généralement par se barrer avec mauvaise humeur en grognant que j’ai triché, que j’ai lancé des sortilèges même parfois et aucun n’a l’humilité de reconnaitre que j’ai gagné parce que j’étais simplement meilleure…

    Nous verrons bien si Mael avait cette humilité là ou pas. N’ayant pas pu le cerner je serais incapable de donner une hypothèse de comment il peut être, je peux même pas imaginer. Ce gars est bien trop étrange pour qu’on puisse prendre des paris sur son comportement… Bref, je lui répondit avec un grand sourire malicieux, qui annonçait beaucoup de choses mais pas forcément des bonnes…

    « Ah ouai ? Tu crois VRAIMENT que tu vas réussir à me battre ? »

    Je ris un peu puis dans un élan impulsif je mis à courir, récupérais le ballon et me mit à avancer vers un bout du terrain où se trouvait quelque chose qui ferait office de but. Courant et rigolant, je continuais d’emmener le ballon vers le but, attendant que Mael vienne le prendre. Bien évidemment il ne l’aurais pas sans facilité aucune, j’allais user de quelques feintes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumos maxima ... Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: callie&mael ϟ même sans rajeunir, mon âme demeure zen   

Revenir en haut Aller en bas
 

callie&mael ϟ même sans rajeunir, mon âme demeure zen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Double Trouble :: 
Le Château
 :: Le Parc :: Le lac
-
Sauter vers: