AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 AVERY C. ★ Il y a un œil dans ma soupe...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lumos maxima ... Avery C. Rosebury
Le POUVOIR doit se définir
par la possibilité d'en ABUSER.


MessageSujet: AVERY C. ★ Il y a un œil dans ma soupe...   Lun 28 Fév - 3:16


Avery Cecile Rosebury

« Que c’est attendrissant... Je n’ai jamais été aussi... estomaqué depuis ce jour où j’ai eu cette boule de moussaka coincée dans la gorge ah ! »

✱ ✱ ✱
Bonjour jeune moldu, moi c'est Avery Cecile Rosebury, je suis âgé de 16 ans et je suis né le 2 septembre 1960. Ma baguette est en bois de Aubépine et contient une Plume de phénix. Mon patronus est un coyote. Ici je suis les cours de Étude des Moldus et Étude des Runes et franchement mon niveau est plutôt bon. Plus tard, j'aimerais être Langue-de-plomb. On dit souvent que je suis intelligente, réfléchis, gentille -hum-, attentionné -hum hum- mais j'ai aussi beaucoup de défauts, en effet je suis psychopathe, mystérieuse, menteuse, calculatrice. C'est d'ailleurs pour cela que le choixpeau m'a envoyé à Serdaigle.



Gentille Avery, douce Avery, intelligente Avery, voilà ce que tout le monde pense d'elle. Jamais elle ne c'était montrée méchante, elle travaillait dur pour réussir ses études et elle n'avait aucun ennemies. Pourtant si ils savaient, si ils savaient tous autant qu'ils sont ce que Avery a dans tête. Ce jour là, elle était dans la grande salle, elle souriait gentiment en lisant la gazette, parfois un de ses camarades de Serdaigle lui demandait du lait ou du pain et toujours en souriant elle lui donnait. Elle devait certainement être en train de lire de bonnes nouvelles, on ne sourit pas quand on apprend de tristes choses. Pourtant si on suivait le regard de la jeune fille voilà ce qu'on pouvait lire :

« DE NOUVEAUX MEURTRES DANS LE SUD DU PAYS.
Hier soir en fin de soirée trois cadavres ont été retrouvé par une unité de sorcier d'élite de la Brigade de police magique. La maison est à présent en ruine et les victimes semblent avoir été tuer par le plus impardonnable des sorts impardonnable ... »


Seulement, personne ne regardait ce que Avery lisait, alors elle pouvait sourire à sa guise. Après leur cours de botanique, Avery et Daisy décidèrent de rester dans le parc pour profiter du soleil qui se faisait de plus en plus rare. « Tu as vue Sirius » souffla Avery en regardant tendrement le beau Sirius Black qui parlait avec ses amis non loin de là. « Il est trop parfait, j'aimerais bien ... Juste une fois ... » Daisy, sa meilleure amie depuis leur première année à Poudlard, regardait le jeune homme de la même façons en soupirant. « Tellement parfait ... Si seulement Lily Evans pouvait lâcher les Maraudeurs ça serait bien ! ». Si la jalousie que Daisy éprouvait pour Lily était quelque chose de évidant, on aurait pu croire que même si Avery aimait Sirius, la présence de Lily à ses côtés ne la dérangeais pas. Pourtant dans son esprit, le corps de sa rivale était couvert de sang, elle se tortillait au sol comme victime du sortilège doloris, elle pleurait, suppliant Avery d'arrêter ça, mais la jeune fille jubilait, elle adorait se sentir puissante de cette manière. « Daisy ne soit pas jalouse, on le saurait si elle sortait avec lui. » dit-elle toujours ce sourire polis et doux éclairant son visage, seul un légimens pourrait voir la tempête qui faisait rage dans tout le corps de Avery.

Ce n'était pas la première fois qu'elle avait ce genre de vision, cela faisait peut-être trois ans. Avery passait sont temps à imaginer les étudiants de Poudlard tout ensanglantés, criant de douleur à cause d'un sortilège qu'elle aurait lancé. Avery ressentait du plaisir à imaginer les gens en train de souffrir, elle aimait les voir pleurer, crier, pourtant extérieurement elle le cachait, elle savait qu'elle devait faire profil bas pendant sa scolarité, faire comme si elle était la plus adorable des jeunes fille tant que Dumbledore serait dans les parages. Ainsi, personne, pas même Daisy, n'avait connaissance des habitudes morbide de Avery. Enfin, non, il y a bien une personne qui sait, une personne qui aurait certainement préféré ne jamais savoir.

Nous somme en 1974, Avery mange tranquillement son petit déjeuné, aimable elle sourit et salut nombre d'élève. En elle cependant, chacun d'entre eux pleure et souffre atrocement. Alors qu'elle croquait dans un toast, un garçon devant elle fait une étrange grimace, ses yeux grands ouverts rivés sur Avery. C'était Oscar, un garçon de Serdaigle plus vieux d'un an, que tout le monde appelait Scar, Avery l'aimait bien, il était gentil, intelligent et beau garçon. « Qu'est ce qui t'arrive Scar ? Tu veux que je t'accompagne à l'infirmerie ? » demanda-t-elle doucement en tendant une main vert le garçon qui paraissait terrorisé. Étrangement Avery ne l'avait pas imaginé en train de souffrir mais un de ses ami assit à droite venait de perdre un de ses yeux. « Heu ... Je ... Tu ... Pourquoi tu imagine ça ? » Avery ouvrit à son tour de grand yeux, avait-il vu ? Non impossible, elle connaissait l'existence des Legimens mais jamais elle ne s'était dit qu'ils pourraient lire en elle. Essayant de garder son calme, alors que lentement la peau des mains de Scar s'envolait elle répondit « De quoi tu parles ? Qu'est ce que j'imagine ? » Scar jetas un coup d'oeil terrifié à ses mains, il se leva en direction du hall « Scar, Scar attend ! » Cria Avery en traversant la grande salle en courant.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savages.skyrock.com/
 

AVERY C. ★ Il y a un œil dans ma soupe...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Luna Avery (en cour)
» Where is my mind ( Finn Avery )
» TEX AVERY, TOONS ET COMPAGNIE...
» AVERY C. SILVER - #(456) 354-6106
» Descendants des grandes familles sorcières
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Double Trouble :: 
Tu es un sorcier !
 :: Les registres :: Tes bagages t'attendent dans ton dortoir !
-
Sauter vers: